christophe grossi & invités

Accueil > f(r)ictions > archives > kwakizbak > kwakizbak #30

kwakizbak #30


 
 
Kwakizbak ne sait plus s’il doit écouter la rumeur qui a surgi de sa droite ou celle qui vient de poindre à sa gauche.

– Tout ça m’épuise. Je vais finir par me perdre, dit-il.

Il choisit donc de ne pas bouger. Mais il n’est pas plus serein pour autant.

– J’ai peur d’avoir à regretter ma décision.

Cela brouille sa vision, lui qui n’a désormais pas plus de force que de volonté. Il est tétanisé.

– Tu commets une grossière erreur, je dis à Kwakizbak tout en lui expliquant pourquoi il doit continuer à faire des choix.

Mais mon avis ne compte plus. Je fais désormais partie de ceux qui lui rappellent trop ses erreurs passées. Il se crève alors les tympans.

Sourd aux conseils amicaux et aux murmures du monde, Kwakizbak retrouve enfin le sourire. Se moquant ouvertement désormais de la rumeur, me toisant jusqu’à l’indécence, il sort une nouvelle valise d’un coffre en bois, fait ses affaires et quitte son appartement. Il passe la porte-cochère sans se retourner, se débarrasse sans difficulté du porche, tourne à gauche, une fois, à gauche deux fois, à gauche toujours (sans toutefois tourner en rond), se retrouve dans une manifestation silencieuse et rencontre l’amour, le vrai, le grand, l’unique (pense-t-il une fois encore). Elle s’appelle Shelle et elle ressemble à une coquille Saint-Jacques.

Kwakizbak la dégustera longtemps.

 

écrit ou proposé par Christophe Grossi - @christogrossi
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne et dernière modification le jeudi 4 mars 2010