christophe grossi & invités

Accueil > f(r)ictions > archives > kwakizbak > kwakizbak #7

kwakizbak #7


 
 
Kwakizbak doit avoir une douzaine d’années, pas plus. Un soir il sort de son grand sac à patates tout un tas de portraits, de paysages et de natures mortes, des sexes rasés de femmes, des extincteurs, des cactus, en noir et blanc ou dans des couleurs saturées, des photographies retouchées le plus souvent, avec de la sépia, et il les étale devant moi. Il me demande ensuite de fermer les yeux, d’en tirer une au hasard et de la regarder attentivement. Celle que j’ai choisie représente un magnolia tout en fleurs. Derrière cet arbre je distingue très nettement une maison de maître. Je crois la reconnaître, n’en suis pas sûr. Je retourne alors le cliché, remarque une date au dos et m’effondre. Mes parents sont morts ce jour-là. À première vue Kwakizbak n’a rien remarqué. Je me redresse tant bien que mal. Une mauvaise indigestion, je murmure, ou trop de vodka je ne sais pas. Il fait semblant de m’écouter.

Une bonne heure s’écoule durant laquelle aucun de nous deux ne parle. Je lui demande alors si je peux lui emprunter cette photo.

— C’est ce que je souhaitais, répond Kwakizbak.

Je fais faire plusieurs agrandissements auprès d’un spécialiste, lui demande de laisser le magnolia de côté et de se concentrer sur la maison de maître ou plutôt sur les ombres qu’on devine derrière les fenêtres ouvertes.

— Je vous rappelle dans deux ou trois jours, dit-il.

Une semaine passe et je n’ai toujours pas de nouvelles du spécialiste. Je finis même par l’oublier. Par faire une croix dessus. Kwakizbak, lui, est parti s’envoyer en l’air dans le nord de la Poldavie. Je remise loin de moi cette histoire de photo et de magnolia. J’enterre à nouveau mes parents.

Quelques jours plus tard deux hommes m’attendent devant la porte d’entrée. Ce sont des flics j’en suis sûr. Je les fais entrer, leur sers un café, on crame une sèche qu’on fait tourner, en silence. Soudain l’un d’eux me tend un cliché.

— Ça ne vous rappelle rien, ça ?

Un enfant tient une arme à feu, un homme et une femme sont étendus à ses pieds.

 

écrit ou proposé par Christophe Grossi - @christogrossi
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne et dernière modification le lundi 7 décembre 2009