christophe grossi & invités

Accueil > f(r)ictions > archives > kwakizbak > kwakizbak #32

kwakizbak #32


 
 
Même si l’amour et la souffrance se mêlent des oignons de l’autre, aujourd’hui encore Kwakizbak s’unit à un autre corps, celui de Shelle. Il la serre davantage, considère le corps qu’il embrasse du regard et de sa bouche, observe son corps à lui dans le corps à elle et pense qu’ils ne font plus qu’un. Désirs d’unité, de fusion. Il ne comprend rien aux atomes mais il les sent courir tout autour de lui. Sculpteur à la cambrure il travaille la matière, offre sa vie au contact d’une autre peau et en prend soin, c’est une rose fragile, l’amour à fleur de peau. Sous cette peau, le désir, les vibrations, tout ça circule. Il imagine alors une colonie de fourmis, des voitures miniatures, de fines bulles.

– Je suis sans doute monomaniaque, dit-il.

Kwakizbak n’a jamais autant aimé les mouvements et les gestes des danseurs, les comptines et les musiques redondantes, les rengaines, les ritournelles obsédantes, circulaires, les boucles dans les boucles, les ronds dans l’eau, ce qui va et vient, ce qui monte crescendo jusqu’à l’entêtement, jusqu’au vertige, jusqu’au dernier tournis. Il est sur un pont, il a peur du vide mais il est fasciné par l’envol. S’il s’élance rarement il ne prévient jamais quand il va sauter.

– Je me souviens de quelques gymnastes germinois orientaux et de leur allure d’oiseaux ou de dauphins, confie-t-il.

Il se dit qu’ils sautaient très haut parce qu’ils voulaient passer le mur. Maintenant le mur n’est plus mais Kwakizbak a pourtant gardé cette image, pas les fragments non. Il ne garde pas les reliques, il les regarde de l’intérieur, depuis son cabinet de curiosités.

– Je ne suis pas un musée, observe-t-il, même si de temps en temps je fais des inventaires et des listes que je ne termine pas toujours.

Je demande alors à Kwakizbak s’il n’en a pas assez de fouiller dans mes textes et s’il va me piller encore longtemps comme ça.

– Le plagiat est à la mode, répond-t-il, et je t’emmerde.

 

écrit ou proposé par Christophe Grossi - @christogrossi
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne et dernière modification le samedi 13 mars 2010