christophe grossi & invités

Accueil > carnets & journaux > cheval-mouvement > vendredimanche

vendredimanche

Vendredimanche. Trois jours sans presque rien lire ni écrire. Trois jours de métro, de RER et de marche. Trois jours à écouter, regarder, parler, échanger, capturer des bouts du réel dans un boîtier. Trois jours à faire des boucles à partir de Montreuil, jamais la même distance, jamais les mêmes heures. Trois jours avec en tête une autre ville qui se dessine beaucoup plus au sud. Et trois jours de ciel bleu. Trois jours en images, des quelques paysages et visages traversés, rencontrés. Et tellement de photos floues, ratées, vite mises à la poubelle. Dommage.
 

Vendredi soir, ligne 9, ligne 4 jusqu’à Etienne Marcel. Café Cerise, rue Montorgueil à Paris, les remueurs avaient invité François Bon à échanger, à partir de son nouveau livre (imprimé et numérique) Après le livre (Seuil / publie.net), avec Karl Dubost, Hubert Guillaud et Arnaud Maïsetti. On y parle littérature, écriture, lecture, photographie et pratiques numériques (sites et blogs) dans un espace privé de connexion et au plafond couvert de dizaines de photos de toits et de fenêtres qui se reflètent sur nos tables où sont posées la main droite de ma voisine de gauche, Isabelle Pariente-Butterlin et la main gauche de ma voisine de droite, Isabelle Maton.
 

Samedi matin, ligne 9, ligne 1 jusqu’à Saint-Paul, remonter la rue des Rosiers. Au 21e salon de la revue (Espace des Blancs-Manteaux à Paris), présentation de la revue d’ici là par Joachim Séné (comment s’élabore la revue depuis le numéro 0 jusqu’au dernier – le huitième est à paraître en décembre) et lecture par Anne Savelli d’une dizaine de textes d’auteurs publiés parmi les 180 contributeurs. Ciel bleu, lumière très blanche, le calme apparent de Joachim, la tension palpable chez Anne, un homme dans le bâtiment d’en face qui passe devant sa fenêtre en tee-shirt et caleçon. Dans la salle, Maryse Hache, Alain Pierrot et d’autres que je ne connais pas, des curieux qui s’approchent de l’iPad mis à disposition. Je m’éclipse rapidement, dois aller prendre le RER C à Saint-Michel. Alain Pierrot me conseille un trajet, j’en choisis finalement un autre, passe devant l’Hôtel de Ville, traverse le pont d’Arcol, la foule devant Notre-Dame, me faufile dans la petite rue du Chat-qui-Pêche (j’y croise Kwakizbak), récupère un sandwich, m’en vais sous terre.
 

Samedi, 13h-14h, dans le RER C, entre Paris et Brétigny-sur-Orge, quelques images géométriques du ciel bleu, des réseaux, des câbles, des tags et graffs, de ceux qui attendent sur le quai d’en face, de cet homme à Savigny-sur-Orge couché par terre sur une couverture, un ou deux mètres sous une publicité pour EDF ("Et si son avenir passait par ce fil"). Et là dedans, beaucoup de photos sans image aussi.
 

Sortie du RER C à Brétigny-sur-Orge, il est un peu moins de 14 heures quand je prends en photo le téléphone d’alarme sur le quai ("Faire tourner avant de parler / Parler près du grillage / Pour appeler lever le bras du poste et s’annoncer"). J’attends au soleil que Nolwenn Mesnard et Julien Reduron de la médiathèque viennent me chercher. Premières autres images, une caravane, un conteneur transformé en lieu d’expo, la médiathèque, Nolwenn dans la vitre, une table de livres sur le numérique. Cyril Cossardeaux du webzine Culturopoing arrive. Quelques curieux s’avancent. La rencontre peut commencer. Trois heures plus tard, RER C jusqu’à la Bibliothèque François Mitterrand, lignes 14, 6 et 9.
 

Dimanche, pas de métro. Rhume d’automne. Les artistes de Montreuil ont ouvert leurs portes. On croise des gens, des programmes orange à la main, tous à la recherche du prochain atelier à visiter. "regarde le ciel", disaient les chats noirs de la rue du Chat-qui-Pêche. Bleu, toujours bleu. Mais dans les bureaux de vote on voit surtout du rose. Et sur un mur non loin de là un tag, Sarko facho. À l’heure où je termine ce billet (petit coup d’oeil sur l’onglet de droite resté ouvert), je ne vois pas de changement depuis tout à l’heure. C’est bien François Hollande qui représentera les socialistes aux présidentielles, dans six mois. Quel temps fait-il à Toulouse en avril ?

 

écrit ou proposé par Christophe Grossi - @christogrossi
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne et dernière modification le dimanche 16 octobre 2011