christophe grossi & invités

Accueil > f(r)ictions > archives > la route nationale > traverser #6

traverser #6

JPEG - 61.8 ko

 
(Vingt-quatre. (...) Déjà vingt-huit.)

On aurait dit (leurs yeux d’animaux tristes fonçaient dans le décor). On aurait dit juste la fin du monde. On aurait dit la haine et la peur en file indienne. On aurait dit qu’ils auraient été les seuls à ne pas le (sa)voir. On aurait dit, tu n’aurais rien dit, tu aurais regardé, compté, tu aurais continué à regarder, à compter. Du trottoir, de là où tu étais, on aurait dit ça oui (si j’avais été là) qu’ils ressemblaient à des flèches usées cherchant à tout prix à se venger. Mais de quoi ? De leurs journées trolonguécourtes, de leur femme leurs gosses, de leurs patrons leurs collègues, de leur bagnole, de leurs allers et retours insensés ? Ou tout simplement de cette fascination pour le pays d’à côté ? Oui, on se seraient mis d’accord sur ça, qu’ils étaient aimantés par ce pays comme ils l’auraient été par le corps d’un(e) inconnu(e) – cette transgression ne les quittait pas. Mais savaient-ils seulement ce qui les y poussait ? Pourquoi frôler ce pays comme des chattes en chaleur, le traverser, entrer et sortir, entrer et sortir en faisant ronronner le moteur, en le faisant rugir après le poste de douane, en criant comme des bêtes et en laissant le pot d’échappement cracher de la fumée blanche et noire ? On aurait dit, post coïtum, des sacrifiés plutôt, pensais-tu. Qui allaient avec docilité à l’abattoir. Qui s’étaient déchirés eux-mêmes la peau et les os à force d’avoir lorgné, à force d’envies et de délivrances stupides. Des illusions qui leur ont coûté cher quand ils ont dû tout quitter. On aurait dit qu’ils n’avaient pas compris qu’ils auraient dû couper le moteur et balancer les clés dans la rivière. Si quelques-uns étaient descendus de leur bagnole, s’ils t’avaient rejoint, ils auraient pu convaincre les autres. On aurait dit ça. Mais ils se sont obstinés et toi tu n’as pas reculé d’un pouce. Pourtant tu étais loin de faire le poids face à eux. Déjà vingt-huit, t’es-tu dit, mais on n’a jamais été aussi proche de notre fin.

 

écrit ou proposé par Christophe Grossi - @christogrossi
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne et dernière modification le jeudi 14 avril 2011