christophe grossi | lirécrire

Accueil > revues de presse > corderie | feuilleton > Corderie | Présentation

Corderie | Présentation

Couverture Corderie Christophe Grossi
Le 16 février 2018 paraîtra à L’Atelier contemporain le deuxième volet du cycle « Fils et ficelles » : Corderie. Cette édition reliée est accompagnée pour la deuxième fois de dessins originaux du peintre Daniel Schlier. Une très belle lecture d’Emmanuelle Pagano ouvre également le livre. Nous la publierons ici une fois prochaine.

Après Ricordi en 2014, le deuxième mouvement du cycle « Fils et ficelles » questionne, sous la forme d’un récit, la filiation, l’héritage et la transmission à partir du souvenir et de l’oubli, de l’ordinaire et de sa transfiguration.

« Lors d’un séjour sur l’Île de Ré, un homme, qui s’apprête à devenir père pour la seconde fois, se met à bâtir un atelier, rebaptisé « corderie », dans lequel il va tendre toutes sortes de fils, de cordes et de câbles. Dans ce nouvel espace, s’animera toute une communauté composée de ceux qui l’entourent mais aussi de ses aïeux, d’artistes d’hier et d’aujourd’hui, de silhouettes ou encore de personnages de fiction.
Si la première voix de ce texte est celle d’un « père-fils » du XXIe siècle, une deuxième, celle de la « corderie » – plus intemporelle et lyrique –, rassemble des dizaines de récits possibles. Sur le fil des jours, au rythme des congés, la voix des vivants, tel un chœur antique, s’entremêle à celle des morts. »

L’écriture de la première voix de ce récit (le « je ») a démarré au cœur du bois de Trousse-Chemise sur l’île de Ré au milieu de l’été 2013. Les portes de ce que je nommerai assez vite « la corderie » (qui est un atelier de fabrication de fils, de ficelles et de cordes vocales familiales ouvert sur l’imaginaire) se sont alors ouvertes une première fois sur ce site avant de se fermer pour cause de travaux intérieurs (nettoyage, rénovation, aménagements) et d’une arrivée massive de « corps pluriels » qui avaient commencé à me tourner autour dix ans auparavant dans l’Est de la France (la deuxième voix, le « nous » – sorte de chœur grec sans coryphée –, en italique dans le texte).
Après quelques réunions de chantier schizophréniques et autres détours, ajouts, renoncements, floutages, collages, gommages et raccordements, tous opérés à Montreuil-sous-bois entre février 2015 et février 2017, cette édition complète accueille aujourd’hui dans un même élan corps de Ré, corps amis ou dos à dos et corps si loin du sol.

Quelques-uns des passages en italique écrits entre 2006 et 2014 ont parfois fait l’objet d’une publication en revue ou en ligne dans une version moins aboutie. Que Manuel Daull, Virginie Gautier, ana nb, Céline Renoux et André Rougier soient ici remerciés pour leur intérêt, leur confiance et leur accueil.
Merci aussi à Emmanuelle Pagano, Juliette Roussel, François-Marie Deyrolle et Daniel Schlier, sans qui cette édition de Corderie ne serait pas ce qu’elle est.
Merci enfin aux internautes, lectrices et lecteurs des quatre coins du monde qui ont suivi le chantier en 2013.

Souhaitant accompagner la parution de ce livre, nous publierons ici quelques extraits, des images, les dessins de Daniel Schlier et d’autres éléments qui ont pu le nourrir.

Pour suivre la page du livre sur Facebook, cliquez sur ce lien et n’hésitez pas à la partager.


Corderie à L’Atelier contemporain :
Texte de Christophe Grossi, dessins de Daniel Schlier, lecture d’Emmanuelle Pagano.
À paraître le 16 février 2018.
Diffusion/Distribution France & Belgique : Entre livres / Belles Lettres
Diffusion/Distribution Suisse : Zoé
Livre relié, 14 x 22 cm, 144 pages, 25 €
ISBN : 979-10-92444-48-3

 

écrit ou proposé par Christophe Grossi - @christogrossi
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne et dernière modification le vendredi 9 février 2018