christophe grossi & invités

Accueil > carnets & journaux > grains d’instants > quotidiennes XLIII (14/s31)

quotidiennes XLIII (14/s31)

cher Cher 2

_cher Cher : chers reflets
#villequiers #reflets #jardin

 
 
 
 

_chère mièvre Nièvre qui écrit pour nous
#charitésurloire #nièvre #gare #départ

 
 
 
 

_cher Cher, chère rouille : ce que fait le temps qu’il fait
#villequiers #absenceprésence

 
 
 
 

_cher Cher : chers chais
#avord #quincy #chateaumeillant #vinsdeloire

 
 
 
 

_cher Cher : ce qui se pend, se suspend
– le temps de se perdr_ et de se retrouv_r
#villequiers #lesweatécrit [1]

 
 
 
 

_cher Cher : fin de partie
#villequiers #ombreetlumière #billard #départ

 
 
 
 

_cher Cher quitté
#surlaroute #undimancheenfrance #autoroute #parlavitre #regardeleciel [2]

 
 
 
 


_Photos : Villequiers, La Charité-sur-Loire, Avord et sur la route (28 juillet-3 août 2014)
 
_Le projet de GRAINS D’INSTANTS est de remonter le temps en images à partir du 18 avril 2012 où j’ai posté mon premier instantané sur le réseau social Instagram, en reprenant ou en modifiant les légendes et, en suivant son évolution, de voir ce que peut créer ce décalage spatio-temporel. Pour en savoir plus sur cette rubrique, suivez ce lien.

 

écrit ou proposé par Christophe Grossi - @christogrossi
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne et dernière modification le dimanche 31 janvier 2016


[1Ils débarquent de la lune ou de nulle part, le sourire sec au coin des yeux et soudain disent : C’est pas demain la veille qu’on ira dans ta nuit blanche. Comment remuer nos vieilles branches sans vent ? Aux miracles, on n’y croit plus. Et comme tu nous vois, c’est la vase qu’on sent ou l’éther. La java se fout bien de nos gestes lents ; la vie, mon gars, nous gangrène. Nos rengaines sont rangées aux vestiaires : la chanson, c’est du passé. On veut bien se rincer le gosier et puis l’œil mais n’en demande pas plus. Un jour, toi aussi tu le verras de travers ce ciel qui finit par tomber et tu t’effilocheras et tu deviendras un jeu triste mais surpris d’être encore en vie, penses-tu que tu verras longtemps ton corps glisser ?

[2Cette série de grains d’instants est dédiée aux « Carrées » [1] [2] [3] de l’écrivain, dramaturge et photographe Emmanuel Darley (1963-2016).