christophe grossi & invités

Accueil > f(r)ictions > métropismes > métropisme 10

métropisme 10


 
 
 
il roulerait deux clopes, dans l’escalier, dans le hall,
hésiterait entre fumer en marchant, les yeux levés, ou courir vers l’arrêt de bus,
finirait par courir, clope au bec,
le 194 et le 295 lui passeraient sous le nez
– foutue avenue à traverser entre deux bagnoles –,
continuerait son chemin en courant à moitié jusqu’à l’arrêt du 126,
monterait, descendrait du bus, les escaliers du métro,
courrait,
aimerait dire autre chose que ça picote,
se placerait au bon endroit, en tête de rame où ça pue des fois,
monterait, descendrait de la 4 à Denfert,
dévalerait tout deux par deux,
se placerait au bon endroit sur le quai,
après le distributeur de boissons,
en face du type qui dort ou trie ou pisse ou discute
(rare qu’il ne soit pas là),
monterait, descendrait de la 6 à Nation,
(entre les deux : lirait, écouterait de la musique ou les autres,
regarderait dehors dedans ou rien,
écrirait une fois nous sommes sourds à toute progression simultanée),
zigzaguerait dans les couloirs,
entendrait (avant même de le voir) le type vendre ses avocats, ses framboises, ses mangues,
ne parviendrait pas à savoir combien ça coûte,
se placerait comme à chaque fois en queue de rame,
seules les affiches changeraient,
et les réductions au-dessus de sa tête
et tous ces bonheurs à prix cassés
et ces jambes nues ces têtes à claques ces soleils ces avions crayonnés
et ces bouts du monde par téléphone pour pas cher
et ces soirées uniques à réserver six mois à l’avance ou déjà complètes,
monterait dans la 9,
entendrait deux poules glousser qui feraient peur aux gosses,
descendrait de la 9, clope sur l’oreille,
grimperait les escaliers,
de plus en plus essoufflé,
traverserait la place, le boulevard,
fumerait quand même,
chercherait à se débarrasser de l’autre peau,
pousserait la porte bonsoir,
attendrait son tour, chercherait un stylo, se pencherait, écrirait
(nom, heure d’arrivée, lien de parenté, signature)
verrait son fils débouler, se jeter dans ses bras et lui demander :
— tu es arrivé avant le métro papa ?
 

lignes 126, 4, 6 et 9 entre Pierre-Brossolette/Gabriel-Péri et Croix de Chavaux

 
 

 

écrit ou proposé par Christophe Grossi - @christogrossi
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne et dernière modification le lundi 30 avril 2012