christophe grossi & invités

Accueil > f(r)ictions > métropismes > métropisme 6

métropisme 6


 
 
 
 
 
elle dit ça prévient pas quand ça coupe ça coupe
puis rien.
comme le courant son sifflet : coupé.

pendant une fraction de seconde seuls les écrans allumés jouent les lucioles
avant l’arrivée de la blafarde,
celle qui délivre, remplace et secourt,
celle qui à chaque fois le replonge dans ce Subway de pacotille
– images reçues aux bords de l’Enclave –,
l’enfance à jamais assise sur l’écharpe du voisin qui peste contre les arrêts intempestifs,
l’enfance loin des pourquoi ça tombe toujours sur moi,
l’enfance à mille lieues du chef qui nous donne un numéro à rappeler d’urgence,
l’enfance ne se souciant pas d’avoir parlé trop vite,
l’enfance ignorante des réponses à chercher dans les prunelles,
l’enfance qui ne dévalisait pas le Printemps en hiver
ni le premier étage du Décor Lafayette,
l’enfance qui s’en fichait des Smiles et des soldes,
l’enfance qui ne connaissait que l’Euromarché de Bessoncourt
et le RAVI de Mandeure,
l’enfance qui tendait ses tickets Peugeot à la caissière,
l’enfance qui chargeait dans le coffre de la R12
les deux-fois-morts du rayon frais
et les rouleaux de PQ.

ligne 9, quand ça coupe ça coupe.
mais l’image de ses 9 ans bien loin de Voltaire,
le cul par terre,
et de la Chaussée d’Antin,
ça prévient pas.

ligne 9, entre Miromesnil et Robespierre

 
 

 

écrit ou proposé par Christophe Grossi - @christogrossi
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne et dernière modification le lundi 9 avril 2012