christophe grossi & invités

Accueil > f(r)ictions > métropismes > métropisme 5

métropisme 5


 
 
 
 
 
 
s’il n’y avait pas eu tant de troncs assombris par la vie du dessous
le il de Belleville aurait pu fouiller le monde depuis son poste d’observation
et saisir au vol quelques gestes,
des mots souterrains,
des notes ridées,
des larmes sèches,
des baisers de magazine,
des traces de coups sur les pommettes.

si les corps n’avaient pas été siloinsicontre,
le elle de Belleville tombé à terre
n’aurait pas vu les charentaises battre la mesure
ni la trace de rouge à lèvres sur la Converse couleur sable
ni les lacets verts et jaunes désaccordéonnés
ni les coques de graines de tournesol éclatées.

— est-ce bien la peine de continuer ?

l’heure de pointe a isolé le il et le elle de Belleville au lieu de les emmêler
et a éjecté l’imprononçable bvle de la 11.
sous la République il erre maintenant sans son il sans son elle
à la recherche de la 9 qui l’emmènera jusqu’à Bonne Nouvelle
où l’attendra peut-être l’Ellie retrouvée.

ligne 11 et 9, entre Belleville et Bonne Nouvelle

 
 

 

écrit ou proposé par Christophe Grossi - @christogrossi
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne et dernière modification le mercredi 28 mars 2012