christophe grossi & invités

Accueil > la chambre d’amis > les vases communicants > Danielle Masson | la tienne, la mienne, la vérité

Danielle Masson | la tienne, la mienne, la vérité

► Vingt-septième participation aux Vases communicants en compagnie ce mois-ci de Danielle Masson. Infra vous pourrez lire son texte. Ma proposition, une phrase (idiote) comme ça, se trouve sur son blog, Jetons l’encre. Nous sommes tous deux partis de l’incipit d’un livre qui se trouvait à côté de nous au moment de l’invitation, des incipits que nous nous sommes échangés. Pour elle, celui du Petit art de la fuite de Enrico Remmert, traduit par Nathalie Bauer et publié par Philippe Rey éditions : « De chaque récit il existe trois versions : la tienne, la mienne et la vérité » et pour moi celui d’un conte de Rudyard Kipling.

Je ne sais pas grand-chose de Danielle Masson, hormis qu’elle anime des ateliers d’écriture et qu’on peut lire de nombreuses productions personnelles et collectives sur son blog Jetons l’encre ainsi que sur 32 octobre (son pseudonyme).
Je la remercie deux fois, d’abord pour l’invitation, ensuite d’avoir été présente au moment de la mise en ligne (ce qui n’était pas mon cas et ne l’est toujours pas...).

N’hésitez pas à consulter la liste des échanges du mois sur le blog tenu avec vigilance par Brigitte Célérier que nous remercions une fois encore.

@ bientôt !
ChG

 
 

DANIELLE MASSON | la tienne, la mienne, la vérité


 
 
La tienne
Je te l’avais bien dit. Cela est impossible à croire mais nous étions tous les deux au même endroit, au même instant et, je t’assure tu n’as pas bien vu.
Pourtant c’est simple. Rappelle-toi et revis ce moment précis où…

La mienne
Pourquoi ta version serait la bonne ? En plus, j’ai pris des photos donc ma version est la bonne, l’unique, la seule.

La tienne
Des photos… ta manie de tout voir à travers un objectif. Et les photos ; ça se trafique. Une photo n’est plus une preuve aujourd’hui. Même un film, une vidéo ne sont plus des preuves.

La mienne
Ta mauvaise foi… ta mauvaise foi !!!

La tienne
Écoute ! rappelle-toi. C’était à 5.55 précises ce mardi-là

La mienne
Pas 5.55, 6.55 comme le prouve la photo que je te mets sous le nez. Regarde !

La tienne
Je ris… la date est bonne, l’heure erronée… tu n’y comprends jamais rien à l’heure d’été, à l’heure d’hiver. Tu as toujours un métro de retard.

La mienne
Dis que je suis bête pendant que tu y es. Mais revenons à nos moutons… façon de parler

La tienne
Impossible… que tu n’admettes pas ton erreur… elle était

La mienne
Mais non rose et même rouge, certains jours…

La vérité
Dans le même pot, deux hibiscus de couleurs différentes
 
 
Texte et photo : Danielle Masson

 

écrit ou proposé par Christophe Grossi - @christogrossi
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne et dernière modification le vendredi 2 août 2013