christophe grossi & invités

Accueil > la chambre d’amis > Avant | résidence Laurent Herrou > Avant | 18 mai 2003

Avant | 18 mai 2003

J’ai renoncé à faire la recherche, aujourd’hui, de la mention du grand roux dans mon journal. J’ai renoncé, Jean-Pierre est parti faire une lessive, juste avant il a dit : montre-moi ton dos… Il a cherché quelques points noirs, puis, de fil en aiguille, je me suis retrouvé jambes écartées, fesses offertes, et sa bouche et sa main actives sur ma queue. J’ai joui en pensant au grand roux, je n’ai pas eu envie, ensuite, d’aller à sa recherche dans mon journal. J’avais joui avec Jean-Pierre et avec lui, cela m’était suffisant. Il a fallu quand même, il faut quand même, que cela soit écrit. Même si ce n’est pas cette phrase-là qui m’a lancé vers le journal.
Après la jouissance, je me suis roulé en boule sur le lit et je me suis endormi. Jean-Pierre est parti faire la lessive, puis en est revenu. On a grignoté un peu, au hasard de ce que l’on trouvait dans le frigo, tout en accrochant le linge. Jean-Pierre a dit : en plus, il va pleuvoir… C’est vrai qu’après le soleil brillant de ce matin, et les rafales de vent, ça s’était sacrément couvert. J’ai mangé du chorizo avec du pain de mie, Jean-Pierre de la Vache qui Rit, il a demandé : je fais une salade de pois chiches ? J’ai dit : ok ! J’ai dit : je vais boire un verre de lait aux amandes… J’ai pris une gaufre chinoise, faite par la voisine de la mère de Jean-Pierre, délicieuse, j’ai bu le lait d’amandes d’un trait, je me suis exclamé : dès demain je… Je me suis arrêté, je me suis rappelé que Giusti Italiani était fermé le lundi, j’ai dit à Jean-Pierre que j’allais tout de suite noter dans mon journal que j’étais fou du lait d’amandes, il a dit : note que tu es fou tout court… J’ai ouvert le frigo, j’ai regardé le carton de lait longtemps, pour en mémoriser le nom, Jean-Pierre a dit : emporte le carton avec toi dans la chambre. Ça le faisait marrer, j’ai regardé la porte du frigo, la brique blanche, et j’ai mémorisé, pour que cela soit quasiment la seule chose à retenir de cette journée de dimanche : « Bevanda al latte di mandorla. »

Retour à l’écriture, quelques mots.
J’ai lu Histoire de l’œil de Georges Bataille et le premier texte de Bernie Bonvoisin, Vous êtes faite de peines étranges. J’ai aimé les deux, de façon différente, mais avec autant d’intensité dans la lecture de l’un et de l’autre. J’ai lu deux livres, aujourd’hui, emprunté samedi, j’ai emprunté aussi le Camille Laurens, le dernier, L’amour, roman, que j’avais commencé sur place, à la Fnac. Emprunt de livres – parfois je trouve cela vulgaire, parfois : pratique. Utile. L’accès à la culture dont parlait Olivier l’autre jour, à midi. Disant que la Fnac nous le refusait. Il avait tort, je ne le lui ai pas dit : il peut emprunter des DVD, moi je peux emprunter des livres. Lire deux livres, un dimanche ensoleillé. Sur mon petit balcon. Un verre de Côtes du Rhône à la main. Jean-Pierre a dit : tu pues la vinasse… Et : tu as écrit dans ton journal que j’avais gravé un DVD ? J’ai répondu non, il a dit qu’il allait écrire son propre journal, parce qu’il avait des choses à dire, lui. Il a soufflé d’abord, comme un enfant frustré. On s’aime, on se fait rire. Ça n’efface pas le grand roux, qui est dans mon esprit, depuis hier midi. Que je rechercherai demain, dans mon journal. Sûrement. On s’aime, on se fait rire. Jean-Pierre et moi. Ensuite, il a gravé un CD. Avec le nouveau portable, graveurs intégrés. On l’écoute en ce moment, Ryoji Ikeda. La musique du spectacle, qui sera sur (sous ?) mon texte, vendredi soir. Le carton a plu à Géraldine – du moins, c’est ce qu’elle a dit. Posté, envoyé. « Illustration : Géraldine Point. » Typographie : Skia, en 9 points. 7, peut-être ? Vendredi 23. Saint-Laurent du Var. Jean-Pierre est fier de lui, on a, pour la première fois, regardé ses films sur la nouvelle télévision, écran 16/9. On achète, on investit, on rentabilise. Il est très fort, côté technique, il sait faire marcher les choses. Moi j’ai peur, dès que j’y touche. C’est pour ça, les livres, un dimanche après-midi. À tourner les pages, on ne risque rien.
J’écris aussi, vous savez ?


_résidence Laurent Herrou | Avant | 18 mai 2003

 

écrit ou proposé par Christophe Grossi - @christogrossi
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne et dernière modification le mardi 28 mai 2013