christophe grossi & invités

Accueil > vu vue vues > 18 fois (tout) contre

18 fois (tout) contre

JPEGJPEGJPEGJPEGJPEGJPEGJPEGJPEGJPEGJPEGJPEGJPEGJPEGJPEGJPEGJPEGJPEGJPEG

 
 
 
Hier soir à la médiathèque de Suresnes, les créateurs de Formes d’une guerre ont donné une lecture inédite (on peut même dire spectacle tant il y avait à entendre et à voir) d’après des textes de Philippe De Jonckheere, François Bon et Henri Michaux. Ça s’intitulait Contre, comme la série que poursuit contre vents et marées Philippe De Jonckheere sur son site désordre. François Bon lisait sur iPad, Philippe De Jonckheere projetait sur trois écrans des images et des vidéos qu’il orchestrait depuis trois ordinateurs et Dominique Pifarély jonglait entre son violon et son ordinateur. Je n’oublie pas non plus le vidéaste qui s’est contorsionné durant toute la lecture ni les ombres qui, avec le trio, nous ont entraîné tout contre les souvenirs et les rêves : une résistance de la langue, du corps et de la pensée face aux peurs, au bruit et à la mort.
Merci à Julien Pauthe, initiateur et organisateur des Lectures en scène, cycle de lectures publiques dont hier soir était le deuxième rendez-vous.
Pour mémoire, ces 18 moments intenses, pour eux, figés (dommage), 18 fois (tout) contre, et leurs mouvements, leurs déplacements, leurs regards, la voix, les sons, la lumière, l’intensité. Manque l’essentiel, cette heure vivante.


_photos prises le 26 avril 2013 à la médiathèque de Suresnes

 

écrit ou proposé par Christophe Grossi - @christogrossi
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne et dernière modification le samedi 27 avril 2013

Messages