christophe grossi & invités

Accueil > carnets & journaux > sur le fil des jours > transport

transport


 
 
 
[photos] Le 15 janvier 2013, dans le tram T3b entre Porte de Montreuil et Porte de Vincennes puis dans le T3a entre Porte de Vincennes et Porte d’Orléans.

[journal] 1. Si ça continue comme ça, d’ici peu je recevrai plus de spams que de visites sur déboîtements. L’énergie fournie depuis presque quatre ans en prend un coup. Réflexion du lundi : trop de temps passé à soigner les billets, à les diffuser et à faire la chasse aux spammeurs. Contre ceux-là, je sais bien que je devrais installer CloudFlare mais parmi les spams reçus certains valent vraiment la peine d’être gardés et retravaillés (spamophilie oblige). Et pour le reste, plutôt que de tout laisser tomber, j’ai décidé ce week-end que mes deux projets en cours, je les écrirai hors ligne désormais. L’essentiel de mon court temps libre je le passerai à écrire sans chercher à publier dans la foulée. Quant au site je tenterai sans pression de suivre Le fil des jours (une photo, un bout de journal, une citation, une musique...) et je continuerai à participer aux vases communicants le premier vendredi de chaque mois.
2. Les deux projets en cours : un ensemble de textes sur la notion de « transport(s) » et une fiction qui pour l’instant a la taille d’une novella.
3. On ne devrait pas avoir accès aux statistiques. J’ai d’ailleurs décidé de ne plus les consulter.
4. Le Mac siffle bizarrement. Le début de la fin ?
5. Toujours entre trois antres. Statu quo.

[citation] « Je marche pas à l’envers, je corrige dans le silence de mes dents serrées, je marche en crabe : c’est-à-dire que je nuance un peu la formulation des choses : c’est-à-dire qu’en vrai j’avance au pif, un peu à l’ouest. » (Coup de tête, Guillaume Vissac, publie.net, 2013)

[musique] J’attends avec excitation le concert de Bachar Mar-Khalifé le 29 mars au café de la danse. On parle pas mal de lui en ce moment, plus que pour son premier album je crois. Marea Negra, la vidéo, est un morceau du premier album justement. La musique est de lui, le film de Wael Noureddine, le texte du poète syrien Ibrahim Qashoush, mort en 2011 : son poème est devenu l’un des chants de protestation de tous les soulèvements arabes.
 
 

Bachar Mar-Khalife Marea Negra (directed by Wael Noureddine) from InFine Music.

 

écrit ou proposé par Christophe Grossi - @christogrossi
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne et dernière modification le lundi 18 mars 2013

Messages

  • Ce n’est pas tant le nombre de visites que la simple possibilité de la visite, qui change la donne, par rapport à l’écriture hors ligne. A pratiquer les deux, c’est assez marquant, non ?

    Voir en ligne : http://hublots.over-blog.com/

  • oui bien entendu, comment ne pas être d’accord avec ça @PhA : ce n’est pas une histoire de nombre de visites et c’est bien pour ça que je ne ferme pas le site
    je tiens à continuer à poster quelques billets avec photos, notes, citations, brèves... en fonction de l’humeur et de participer aux vases communicants parce que j’aime ce rendez-vous
    mais aujourd’hui je ressens le besoin de ne plus montrer immédiatement certains textes qui s’inscrivent dans un projet plus ample : la diffusion et la réception soudaines me dispersent et m’empêchent d’aller au bout (c’est bien ce que tu fais toi ? tu ne montres rien de tes projets sur ton blog, en revanche le blog te permet d’écrire sur tes lectures, ton quotidien, des coups de cœur ou de gueule...)
    je ne dis pas que je vais y arriver, je dis que je vais essayer
    mes hommages aux hublots

  • c’est vrai, je ne viens pas souvent, et laisse peu de commentaires... mais j’aime ces détours par ton monde, Christophe, lorsque je rends visite à « Déboitements ».
    Je n’aimerais pas ne plus.
    Amitiés
    Claire

    Voir en ligne : http://www.ateliers-clairelecoeur.com

  • Claire, merci pour ton mot mais je n’ai jamais dit que j’arrêtais tout (cf. ma réponse à @PhA) et je ne cherche surtout pas à vous faire culpabiliser, ni toi ni personne d’autre, la question n’est pas là
    je crois que mon billet est trop imprécis : j’essaierai de faire mieux la prochaine fois

  • Disons que je ne montre pas de "vrais" projets - ou disons des projets d’emblée destinés à la publication en un volume - sur Hublots, mais ça me permet - outre les coups de cœur et les coups de gueule - d’essayer des choses (Vie des hauts plateaux, Seul à voir, Mon jeune grand-père) que je n’essaierais pas forcément en privé, parce que justement ça change la donne. Et ce sont en effet les billets qui reçoivent le moins de visites, mais peu importe ; quand je les vois sur le blog, ça donne autre chose. Et ça me donner à penser. Et ça peut éventuellement se transformer en vrai projet, ou pas. C’est l’aventure.

    Voir en ligne : http://hublots.over-blog.com/

  • Transport(s), oui, vers autre chose : tu as raison, je crois, de prendre cette distance.

    Juste à titre personnel (tiens, voilà un titre !), mon blog est disparate, fait au jour le jour de bric et de broc et je m’étonne souvent d’avoir pu trouver un sujet au dernier moment, la veille.

    Sur un site ou un blog, je constate aussi que seules les "séries" ou un texte monomaniaque (pas au sens médical du terme) peuvent (ou pourraient) donner lieu à publication, parce qu’ils creusent un seul sillon ou suivent des parallèles et non des voies de garage.

    La répétition quotidienne et dispersée comme sur "Le Tourne-à-gauche" m’empêche sans doute d’écrire autre chose : d’où l’interrogation qui revient régulièrement : est-ce que je continue ? L’habitude est sans doute la plus forte et la crainte, peut-être, de délaisser une sorte de publication qui a ses quelques "abonnés" (je regarde les stats : la moyenne est entre 200 et 300 par jour), mais cela paraît souvent dérisoire.

    Et aussi le fait que des sujets sur lesquels on a passé quelque temps (par exemple, l’expo Dali avec 32 photos à mettre en ligne, plus des liens à chercher, etc.) attirent cent lecteurs de moins qu’une simple photo d’une voiture rouge avec un sabot jaune et dix lignes d’"enjolivement"... Il est vrai que Dali est trop connu !

    Je ne crois pas, contrairement à Philippe Annocque, qu’il te serait préjudiciable d’écrire ailleurs qu’en ligne, pendant un certain temps : car l’écriture sur l’écran demeurerait la même, sauf qu’elle ne serait vue par personne (mais cela changerait quoi, à part les éventuels commentaires ? ), le temps de son élaboration pour un futur aussi indécis d’ailleurs et sans résultat acquis d’avance que l’impact possible ou non d’un "post" sur tel sujet un jour et sur tel autre sujet le surlendemain.

    Voilà, j’ai un peu trop parlé de moi : mais je pense que tu prendras la meilleure décision et que tu en récolteras les fruits sûrement délicieux ensuite.

    Voir en ligne : http://doha75.wordpress.com

  • @PhA : je pourrais prétexter que je manque de temps mais je crois que je suis (paradoxalement peut-être) quelqu’un de lent et que je ne parviendrai pas à trouver le moyen de construire hors ligne un ensemble cohérent si je continue à donner à lire des fragments plusieurs fois par semaine
    je pensais pouvoir faire les deux, mais non
    et oui ça m’impressionne que toi et d’autres comme François Bon, Joachim Séné, Daniel Bourrion... puissiez à la fois travailler sur des projets destinés à publication, écrire sur les lectures, l’actualité ou autres et tenter des expériences dans vos webateliers tout en ayant une activité professionnelle et une vie personnelle

    @Dominique il ne me semble pas que tu aies trop parlé de toi
    c’est un échange d’expériences, une pratique au quotidien, que je lis là
    c’est ainsi que je l’accueille
    (pour te faire sourire, sache que le texte que tu as publié sur déboîtements lors des vases communicants est le billet le plus lu depuis le lancement sous SPIP)
    ton regard est au plus près de ce que je ressens aujourd’hui
    à nous tous de trouver, au-delà des contraintes ordinaires, la bonne distance
    merci

  • j’ai adopté pour ma part une publication de temps à autres (je mets un s parce que j’ai pas de fréquence) ; je prépare parfois des billets que je ne mets pas en ligne ; je travaille à mes photos tout en me demandant ce que je vais écrire dessus ; je ne fais pas de critique de littérature ; j’ai d’autres projets littéraires mais, pour la plupart, ils végètent ; je dis souvent à mon ami voisin local LTàG (Dominique Hasselmann) qu’on écrit d’abord pour soi, ensuite pour les autres ; mais que le blog tous les jours, je ne pourrai simplement pas, et travailler l’écriture en ligne encore moins. En tout cas, c’est comme ça que j’essaye d’avancer (pour le blog, c’est vraiment une nouvelle façon de marcher) (j’aime le cinéma j’y peux rien) (et aussi la musique)(merci pour Monk) ; j’ai adopté une manière en commentaire (surtout chez Dominique, ailleurs aussi) de dire les choses de mon point de vue, mais sans en dire vraiment sur ce que je suis (mais ceux qui me connaissent savent que je suis comme mon pseudo) (d’ailleurs je sais bien que mon pseudo est comme moi) et en tous cas, chacun-e- fait ce qu’il -elle- veut/peut et c’est un vrai plaisir de savoir qu’on pense quand même aux mêmes choses, par exemple, de temps à autre ; donc avançons et continuons.
    A notre rythme.
    Et avec plaisir.
    Amitiés Christophe (et à toi aussi, LTàG, mes hommages circonstanciés aux hublots ainsi qu’aux autres commentateurs-trices)(à demain sans doute PK cerise)

  • oui @PdB en avant, voilà !
    mais demain, non, de la cerise n’y goûterai point — devant ramener ma pomme (l’autre peau disons) Porte de Versailles
    amitiés aussi (de l’autre côté du périph)

  • j’y vais aussi, mais à 5h, et je me tire pour aller à montorgueil... je te croiserai ptête...