christophe grossi & invités

Accueil > carnets & journaux > cheval-mouvement > un voyage

un voyage

prendre le boulevard du côté des numéros impairs à Montreuil, la température, le métro (neuf et quatre), des nouvelles de ses amis, la sortie, un des escalators en état de fonctionnement de la Gare du Nord, une photo du hall (ici commence), le tabac dans une main la feuille à rouler dans l’autre_prendre le vigile avec des pincettes, un croissant, le train, de quoi lirécrire, une photo des freins à vis entre deux voitures en pensant aux peurs de l’enfance, des notes, trois quatre photos derrière la vitre à Longueau, crasseuse_prendre la passerelle sur le quai central à Abbeville (de l’ascension en pays plat), ceux qu’on aime dans ses bras, la voiture, des routes inconnues, les horaires des marées, trois tickets de manège, son mal en patience (compil’ des années 80 dans les oreilles), quelques photos de la fête foraine, désuète attraction_prendre le temps de se défaire de celui qu’on a perdu, le menu du jour, la direction des quais à Saint-Valery-sur-Somme, des photos (la baie, reflets), la main qui se tend, le vent, la pluie, le brouillard, des photos (lumière, nuances gris-vert-beige), la tangente, le large sans vagues, des photos, nuages à construire une fois rentrés_prendre le temps de regarder la mer au Crotoy qui remonte à droite à gauche pas au milieu, des photos, la route de nuit, le dîner, le livre de Colson Whitehead sur New York à la page 21, peu de notes, la direction du pays des rêves (vertiges)_prendre une douche, le petit-déjeuner, la clé de la chambre, de la voiture, le sac à dos, la première à droite derrière la carrière, des photos de la ville-parc-d’attraction, de la ville fabriquée pour touristes à Fort-Mahon, de sa solitude, de la mer en colère contre les hommes, le briquet, le vent de face, le trottoir de gauche_prendre froid, les petites routes, l’entrée du parc ornithologique du Marquenterre, un plat du jour, trois tickets, le bonnet les gants l’écharpe, la route des prés salés, de la mer-en-terre sauvage, des photos, l’horizon, le chemin du retour_ prendre en main le roman de Philippe de la Genardière, quelques gouttes sur le bout du nez, la mouche, le temps de manger bien_prendre rendez-vous avec Rimbaud à marée basse au Crotoy encore, peu de notes, la rue principale de Rue, déserte, à la recherche du gâteau battu_prendre le temps de se perdre dans la brume électrique au Tréport, la mauvaise sortie, la bonne décision_prendre sur soi, des photos du dehors qui goutte sur la vitre (en différents lieux), des vitraux de Manessier dans l’église Saint-Sépulcre (ici se termine une boucle, encore une), la bretelle de l’autoroute, les affaires dans le coffre, la clé oubliée au fond du sac à dos_prendre le temps de se demander de combien de vous sommes-nous la Somme...

 

écrit ou proposé par Christophe Grossi - @christogrossi
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne et dernière modification le mardi 12 mars 2013