christophe grossi & invités

Accueil > f(r)ictions > archives > à rebours (depuis 1991) > nov 1991 - nov 1992 > Côté pile (citations)

Côté pile (citations)

« Rien n’est vrai, rien n’est hormis le mal de le savoir » (Philippe Jaccottet)

 
De ce côté-ci du carnet, sur la première page, une vingtaine de titres de Philippe Jaccottet sont classés par genres (essai, proses, récit, poésie, carnets, chronique de poésie). Certains titres sont barrés. Quelques flèches et des chiffres sur la droite (des dates) ; certains de ces chiffres sont également barrés.
 

***

 
Ph. Jaccottet
 
1. ESSAI. Une transaction secrète /
2. PROSES. À travers un verger 75
3. Les Cormorans
4. Beauregard
5. Paysages avec figures absentes 70
6. RÉCIT. L’Obscurité 61
7. POÉSIE. L’Effraie (46) en 53
8. L’ignorant (52-56) 57
9. Airs (61-64)67
10. Poésies (64-67)
11. 77 À la lumière d’hiver (Leçon → 69)
8. Pensées sous les nuages 79
9. CHRONIQUE DE POÉSIE. L’Entretien des muses
10. PROSES. La promenade sous les arbres 57
11. Gustave Roud68
12. Rilke par lui-même
13. CARNETS. Journées (68-75)
14. PROSES. Des histoires de passage (48-78)
15. Cahier de verdure 90 X
20. POÉSIE. Leçons (77)

(11) Libretto (Voyage en Italie) 90

***

 
Au dos, on peut lire :

On devrait écrire ce que l’on ne confierait à personne.

Et dessous :

Partout c’est pareil mais c’est mieux ailleurs.

Page 3, trois citations des Mémoires d’Outre-tombe.

« La mémoire est souvent la qualité de la sottise ; elle appartient généralement aux esprits lourds, qu’elle rend plus pesants pour le bagage dont elle les surcharge. » (Chat. MOT, livre II, chap. 1, p. 49)
« Et pourtant sans mémoire que serions-nous ? Nous oublierions nos amitiés, nos amours... le cœur... perdrait sa tendresse s’il ne se souvenait plus ; notre esprit se réduirait aux moments successifs d’un présent qui s’écoule sans cesse ; il n’y aurait plus de passé. » (Ibid., p. 50)
« Il me renvoyait en doutant, en soupirant, en me regardant jusqu’au fond de l’âme, et moi, je sortais de sa présence pâle et défiguré comme un criminel. » (Ibid., chap. 6, p. 64)

Page 4, deux autres citations.

« Je ne crie merci qu’à Dieu. » (Jean Desmorets allant à l’échafaud)
« Qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, / Quand la nuit est longue, on l’abrège. » (Colin chantant à Babet sur le théâtre)

Et dessous, ces incompréhensibles abréviations :

Es.
bac
Ch.
Al.

 

écrit ou proposé par Christophe Grossi - @christogrossi
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne et dernière modification le jeudi 14 novembre 1991