christophe grossi & invités

Accueil > carnets & journaux > grains d’instants > (d)évolution (25/11/12)

(d)évolution (25/11/12)

_ils disaient qu’on avait évolué, qu’on allait encore évoluer, que pour se faire une opinion valable il n’y avait qu’à fixer les empaillés qui faisaient mine de téter leur mère ainsi que tous les tenus par la peau du cou manquante, que les yeux n’avaient qu’à suivre en bas les animaux de la savane, en haut les oiseaux muets, à mi-chemin les lointains cousins, en l’air les dinosaures reliés aux fils à peine visibles, qu’il n’y avait qu’à se poster devant les vidéos qui passaient toujours les mêmes chasses, qui montraient les mêmes désirs de l’autre impossibles à rassasier (et sa peau et son sang – mais ses tripes aux vautours – et sa cuisse et sa gorge) qu’on se partageait entre frères, qu’on se partageait sans la honte (et sa mort et son corps, et sa mort et son sexe, et sa vie stoppée net) et que c’est naturel disaient-ils encore, qu’il fallait pas s’inquiéter : le frère du déjà croqué il allait évoluer ou bien descendre les marches, remonter par l’escalator ou prendre l’ascenseur et qu’une agence s’occuperait de faire dévaluer sa monnaie de singe ou qu’un autre nous apprendrait que les biens de celui qui meurt sans héritier passent à l’État par dévolution, s’il n’existe pas de testament et qu’un spécialiste parlerait d’évaluation et que s’il n’était pas assez fou pour se laisser refléter, chercher un sens à sa vie dans les coins et au plafond ou bien trouver l’évolution par la sortie de secours, par le faux rouge sang de sa tête retournée, il dévalerait lui aussi ou disparaîtrait pour de bon, qu’un gratteur de terre diplômé volerait sa marque dans le sol, la bercerait des heures entières comme l’enfant jamais eu – sa mort derrière son rêve de gloire et son ventre dur, désireux, désirant de nouvelles galeries en verre_


_Photos : Grande Galerie de l’Évolution, Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, 25 novembre 2012
 
_Le projet de GRAINS D’INSTANTS est de remonter le temps en images à partir du 18 avril 2012 où j’ai posté mon premier instantané sur le réseau social Instagram, en reprenant ou en modifiant les légendes et, en suivant son évolution, de voir ce que peut créer ce décalage spatio-temporel. Pour en savoir plus sur cette rubrique, suivez ce lien. Parallèlement à ce projet je continue d’alimenter mon carnet d’instantanés sur Instagram où je poste désormais (sauf exceptions) une photo légendée par jour.

 

écrit ou proposé par Christophe Grossi - @christogrossi
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne le 25 novembre 2012 et dernière modification le mardi 21 janvier 2014