christophe grossi & invités

Accueil > carnets & journaux > grains d’instants > flèches

flèches

Encore des métros, des couloirs, des flèches à ne pas suivre et des conseils à ne pas écouter. Encore des pages lues ou mises en ligne. Encore l’autre peau qui cherche à coincer le soit-disant sérieux, celui qui donne son adresse professionnelle, alors que tout arrive au même endroit, dans le même vide.
Entre deux couloirs, une réunion et un rendez-vous, l’autre peau repense à cette drôle d’annonce reçue la veille. Va-t’en va-t’en... fait partie des textes sélectionnés par les organisateurs du Festival du premier roman de Chambéry.
L’autre peau apprend que j’ai écrit un roman.
Un premier roman.
Que Joachim Séné aussi a un écrit un roman, un premier roman.
Et je crois que c’est la première fois que deux textes d’abord publiés en numérique font partie d’une telle sélection.
Dominique A (Dominique Ané quand il écrit des livres) est également dans la liste, je vais le voir en concert dans dix jours mais il s’en foutra de tout ça (et moi c’est sa guitare qui m’intéresse).
 
Un soir j’étais chez des amis. Il y avait là une fille très sympa qui venait d’écrire un premier roman, un vrai, pas comme moi, pas un road novel en numérique, un roman avec une histoire pensée et ficelée chez un éditeur, un reconnu, de Saint-Germain-des-prés, qui a réédité Henri Calet, Georges Hyvernaud ou Jean Forton, des auteurs que j’aime bien, et qui publie aussi des gens d’aujourd’hui. Et donc cette fille, Isabelle Rivoal, qui ce soir-là était chez des amis communs, elle aussi fait partie de la sélection. Il y a d’autres noms. Des noms qu’on a lu dans la presse, la vraie, pas le web, et il y a même aussi un auteur d’un éditeur pour qui j’ai travaillé deux ans.
 
Comment veux-tu que je m’en sorte avec ces flèches qui te font partir dans toutes les directions ? Il y en a même une qui indique le bord du quai, le vide. Accident de personne assuré.


_Photo : Paris, 16 novembre 2012
 
_Le projet de GRAINS D’INSTANTS est de remonter le temps en images à partir du 18 avril 2012 où j’ai posté mon premier instantané sur le réseau social Instagram, en reprenant ou en modifiant les légendes et, en suivant son évolution, de voir ce que peut créer ce décalage spatio-temporel. Pour en savoir plus sur cette rubrique, suivez ce lien. Parallèlement à ce projet je continue d’alimenter mon carnet d’instantanés sur Instagram où je poste désormais (sauf exceptions) une photo légendée par jour.

 

écrit ou proposé par Christophe Grossi - @christogrossi
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne et dernière modification le lundi 2 décembre 2013

Messages