christophe grossi & invités

Accueil > carnets & journaux > grains d’instants > respiration visuelle

respiration visuelle

« Et puis, à nouveau, la nuit. Il déambule dans les rues, il marche sans but précis. Il fait froid. Le vent traverse un crachin intermittent. Mais lui ne s’arrête pas. La marche le réchauffe. Il remue ses lèvres, il murmure. Mais il ne parle pas seul. Il discute avec l’autre. Il baisse la tête, il nie avec véhémence. Il s’oppose à tout ce que l’autre lui dit. L’autre est le responsable de tout son malheur. Il voudrait s’en débarrasser. Mais il ignore comment. Près du port, cette idée lui vient : la manière de se débarrasser de l’autre est de se jeter à l’eau, un pavé accroché à son cou. En se noyant lui, il noiera l’autre. L’idée n’est pas mauvaise, mais comporte un inconvénient : lui ne veut pas encore mourir. Cette idée, il s’en rend bien compte, vient de l’autre. Il veut s’en libérer. L’autre a pensé le tuer, mais lui ne lui accordera pas ce plaisir. Il est sans doute médiocre, mais pas idiot. »

Guillermo Saccomanno, L’Employé, Asphalte éditions, novembre 2012

 
 

_ne compte pas le nombre de couloirs, de portes et de métros pris aujourd’hui, respire visuellement et va lire.


_Photo : Paris, 13 novembre 2012
 
_Le projet de GRAINS D’INSTANTS est de remonter le temps en images à partir du 18 avril 2012 où j’ai posté mon premier instantané sur le réseau social Instagram, en reprenant ou en modifiant les légendes et, en suivant son évolution, de voir ce que peut créer ce décalage spatio-temporel. Pour en savoir plus sur cette rubrique, suivez ce lien. Parallèlement à ce projet je continue d’alimenter mon carnet d’instantanés sur Instagram où je poste désormais (sauf exceptions) une photo légendée par jour.

 

écrit ou proposé par Christophe Grossi - @christogrossi
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne le 13 novembre 2012 et dernière modification le samedi 30 novembre 2013