christophe grossi & invités

Accueil > f(r)ictions > archives > kwakizbak > kwakizbak #57

kwakizbak #57


 
 
Myakhda est une apprentie – “apprentie faussaire”, précise-t-elle. Et Myakhda est aussi une tête brûlée furieuse et douce, un peu grande gueule, qui aime les plans foireux, l’herbe et les punks – mais ça, elle n’a pas besoin de le préciser. Si Myakhda joue de temps en temps de la basse dans un groupe grunge, elle écume avec beaucoup plus d’assiduité les bars de nuit en racontant de manière exponentielle (à mesure que les heures filent) des histoires qui ne font rire qu’elle – surtout pas son reflet. Un détail encore mais qui pourrait avoir toute son importance : Myakhda s’est fait renverser par un camion il y a deux ans maintenant mais elle n’est pas morte sur le coup. Et c’est bien le seul point commun qu’elle partage avec Kwakizbak. Elle aussi a beaucoup de mal à calancher.

Myakhda est donc apprentie faussaire. Son rêve : détourner, contrefaire, falsifier. C’est à la fois un jeu, un véritable défi et une façon comme une autre de contourner l’arnaque la plus belle, la plus grosse et la plus répandue, dit-elle, celle des politico-financiers.

— Être faussaire c’est la seule manière de s’en sortir dans ce monde de voleurs et de faux jetons, archi réglementé, hypocrite et bourré de tabous.

Myakhda aimerait devenir faux-monnayeur mais elle ne sait pas si elle sera assez douée pour habiller, truquer et imiter à la perfection. Fabriquer de la fausse monnaie demande certaines qualités – de la patience, de l’exigence, de l’opiniâtreté et surtout du talent. Devenir faux-monnayeur c’est faire le choix de l’anarchie, cela signifie être toujours en règle, ressembler à un type ou à une nana moyens, être capable de se glisser dans la foule, de passer inaperçu, de se faire oublier s’il le faut et de disparaître au bon moment ; c’est savoir aussi choisir ses amis et anticiper les combines des flics, des balances ou des plus escrocs que soi. Et pour le coup Kwakizbak a une longueur d’avance sur Myakhda.

— Never mind, répond-t-elle.

 

écrit ou proposé par Christophe Grossi - @christogrossi
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne et dernière modification le mardi 15 juin 2010